Pierre-Antoine Bouliane

Plasticité phénotypique et tendances fonctionnelles des arbres urbains
Maîtrise
ISFORT(UQO) - UQAM
Directeur: Christian Messier
Codirecteur: Alain Paquette

Université du Québec à Montréal
Département des sciences biologiques
CP 8888, Succursale Centre-ville
Montréal, Qc, Canada H3C 3P8

Résumé du projet
Les conditions environnementales en ville sont bien différentes de celles en milieux naturels, ce qui diminue l’espérance de vie des arbres et restreint ceux pouvant être intégrés largement dans le paysage urbain. À ce défi s’ajoutent de nombreuses contraintes techniques et sociales, limitant davantage le choix des essences. Bien qu’il soit plus diversifié en espèces arboricoles que dans les écosystèmes naturels adjacents, le couvert forestier urbain est fortement dominé par une faible diversité tant sur le plan spécifique que fonctionnelle. Cette forte dominance de deux ou trois espèces vulnérabilise ces écosystèmes face aux perturbations majeures difficilement prévisibles, comme les épidémies ou les changements climatiques. Alors que les villes tentent de remédier à cette situation, on comprend mal ce qui détermine la tolérance aux stress typiquement urbains, ainsi que la réponse phénotypique des arbres qui y sont exposés. Biologiquement, la performance urbaine de chaque espèce par rapport aux autres reste généralement incomprise et aucune généralisation n’est actuellement possible. L’effort d’introduire le bon arbre au bon endroit repose donc presque exclusivement sur les caractéristiques horticoles (par ex. : tolérance au sel de déglaçage) attribuées à partir de constatations faites par les professionnels au fil du temps. Cependant, ces informations qualitatives ne couvrent qu'une portion des espèces arboricoles, freinant l'identification de candidats qui pourrait potentiellement prendre davantage d'espace le long de nos rues et au sein de nos parcs avec succès.

Chapitre 1 : Tendances fonctionnelles des caractéristiques horticoles recherchées en milieu urbain
La recherche explorera tout d'abord la possibilité d'établir un pont entre ces caractéristiques horticoles et des traits dit fonctionnel. Le profil fonctionnel, soit l'ensemble de valeurs de traits fonctionnels typique d'une espèce, reflète la stratégie de vie de celle-ci et est intimement lié à son niveau d'adaptation pour un milieu donné. Il est possible que les tolérances et attributs recherchés en ville soient également déterminés par le profil fonctionnel des espèces, mais cette piste n'a pas encore étudié. Le projet consiste à évaluer cette possibilité à partir de sources d'informations horticoles et de moyennes de traits fonctionnels disponibles dans la littérature. L’existence de tels liens permettrait de déterminer plus rapidement le potentiel urbain d'une espèce simplement par l'acquisition de certains de ses traits, dont l'obtention est relativement rapide et peu dispendieuse en comparaison d’un processus d'implantation expérimentale d’individus dans divers contextes.

Chapitre 2 : Plasticité phénotypique des arbres selon un gradient d'urbanisation
Les facteurs expliquant la performance différentielle des espèces en milieu urbain sont actuellement nébuleux sur le plan biologique. L'identification de capacités particulières retrouvées chez les espèces populaires permettrait de mieux comprendre ce qui fait d'un arbre un bon arbre urbain, tout en aidant également la recherche de nouvelles essences d’intérêt. La plasticité phénotypique, soit la capacité d’un génotype d’adapter son phénotype en fonction des paramètres environnementaux locaux, est associée à la performance des espèces et à leur polyvalence environnementale. Il a été avancé que l’écart observé entre les espèces au niveau de la tolérance aux conditions urbaines pourrait partiellement être expliqué par une différence de la capacité d’expression de la plasticité phénotypique. Cependant, cette hypothèse n’a pas encore été étudiée et aucune étude n’a quantifié la plasticité d’arbres entre des milieux urbains et ruraux. Dans le cadre de cette étude, un cultivar a été sélectionné pour six espèces, dont certaines sont omniprésentes et d’autres sont hétéroclites dans le paysage urbain. Des traits de réponse classiques, tant racinaires que foliaires, ont été mesurés sur des représentants de chaque espèce le long d’un gradient d’urbanisation. L’échantillonnage a été réalisé dans un milieu agricole à l’écart de l’influence de la ville, soit la pépinière de la ville de Montréal à l’Assomption, ainsi que dans deux types d’habitats urbains (parcs et parterre de rue) de l’arrondissement d’Ahuntsic sur l'île de Montréal. La plasticité a été déterminée pour chacune des espèces entre ces habitats pour établir un premier constat sur les causes biologiques de la performance urbaine des arbres.

Formation

Baccalauréat intégré en environnements naturels et aménagés (2015)
Université Laval

Technique de Bioécologie (2013)
Cégep de Sainte-Foy

Formation sur l'identification des bryophytes de tourbière avec Line Rochefort (2014)
GRET

Intérêts personnels

  • Botanique
  • Foresterie urbaine et sociale
  • Optimisation de la résiliance et de la résistance des écosystèmes
  • Phyto/mycorémédiation
  • Restauration écosystémique
  • Production de champignons sous couvert forestier
  • Mycologie

********************************************************** ***************** Facebook Twitter *********************** **********************************************************

Abonnez-vous à
l'Infolettre du CEF,
suivez-nous sur

et

et lisez les blogues
de nos membres!

********************************************************** ***************** Formation-CEF **************************** **********************************************************

Formation-CEF

ArcGIS pour les Nuls
Formation de 2 jours offerte à Montréal (UQAM) pour les membres du CEF les 13-14 juin 2017.

********************************************************** ***************** Cours du CEF **************************** **********************************************************

Cours du CEF

Cours d'été: Terrain avancé en environnement (GÉO 6041) 
Cours aux cycles supérieurs de 3 crédits offert par François Girard, du 2 au 7 juillet 2017 à la Forêt Montmorency non loin de Québec.
Cours d’été en statistiques bayésiennes – Summer school in Bayesian statistics 
École d’été en statistiques bayésiennes. Maximum de 20 participants.
14 au 18 août | Orford Musique (à 30 minutes de Sherbrooke)
Aménagement des écosystèmes forestiers (ENV7010) 
14 au 25 août 2017, FERLD, Abitibi
Cours sur la complexité 
24-29 septembre 2017, Toscane, Italie

********************************************************** ***************** pub - Carapace ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Maudite pub - Budworm ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Maudite pub - Colibri **************************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Maudite pub - NewForest **************************** **********************************************************

********************************************************** ********** Maudite pub 6 - Au coeur de l'arbre *********** **********************************************************

...Une exposition
virtuelle sur l'arbre!

********************************************************** ***************** Boîte à trucs *************** **********************************************************

CEF-Référence
La référence vedette !

Jérémie Alluard (2016) Les statistiques au moments de la rédaction 

  • Ce document a pour but de guider les étudiants à intégrer de manière appropriée une analyse statistique dans leur rapport de recherche.

Voir les autres...