From CEF

Membres: JeanBastienLambert

Jean-Bastien Lambert

Biologiste en écologie forestière, M.Sc.

La régénération du bouleau jaune (Betula alleghaniensis) dans les forêts feuillues aménagées de l’est de l’Amérique du nord : Importance du bois mort Mémoire de maîtrise 

Université du Québec à Montréal
Institut des Sciences de la Forêt Feuillue Tempérée ISFORT ,

Directeur: Christian Messier
Codirecteur: Sylvain Delagrange

Téléphone: (514) 987-3000 poste 6936

FORMATION ACADÉMIQUE

RÉSUMÉ DU PROJET


Le premier objectif de cette étude était de caractériser et comparer les patrons d’établissement du bouleau jaune, en lien avec les lits de germination connus comme étant importants pour cette espèce (bois mort avec ou sans mousse, sol minéral). Un échantillonnage aléatoire a ainsi été réalisé à l’intérieur de 4 érablières à bouleau jaune du sud-ouest du Québec, aménagées par coupes de jardinage (6 et 15 ans). Le lit de germination, le microsite, l’espèce de bois mort et la hauteur de chaque individu répertorié ont été identifiés. En second lieu, un échantillonnage destructif d’individus établis sur bois mort (avec ou sans mousse) et sur sol minéral a été réalisé. Un large gradient de taille (15 à 330 cm) et de lumière (3,5 et 50% de lumière incidente) a été couvert. Les patrons de croissance, la répartition de biomasse dans les différents compartiments de l’arbre et divers traits morphologiques foliaires et racinaires ont ainsi été comparés en fonction du lit de germination.

Nos résultats ont montré que le bois mort soutient une plus grande proportion des individus répertoriés comparativement au sol minéral. Le bois mort provenant des conifères et du bouleau jaune lui-même soutenait une plus grande proportion de ces individus. Les individus établis sur le sol minéral étaient majoritairement localisés sur les sentiers de débardage rendant cette cohorte d’individus sujette à être négativement affectée par la réutilisation de ces sentiers lors de coupes subséquentes.

Lié à notre second objectif, il ressort que la taille des individus influence fortement la majorité des paramètres estimés alors que le lit de germination n’avait que relativement peu d’effet direct. Par contre, les individus sur bois mort, en produisant significativement plus de racines fines par unité de biomasse et en conservant une taille plus petite sur une plus longue période de temps, sont plus aptes à survivre en sous-couvert. Ces variations intraspécifiques permettent d’amoindrir les effets ontogéniques associés avec une augmentation de taille pour certains paramètres importants (LAR, FRMR). Les semis de bouleau jaune sur bois mort peuvent ainsi conserver une plus grande efficience dans la capture des ressources ce qui affecte positivement leur capacité de tolérance à l’ombre.

En somme, nos résultats démontrent que le bois mort du bouleau jaune et d’espèces conifériennes permet de maintenir une abondante régénération naturelle de bouleau jaune bien distribuée au sein des sites. De plus, la présence d’une banque de candidats pré-établis et prêts à réagir à une ouverture de couvert forestier y est favorisée. Cet élément structural, important pour les processus de régénération du bouleau jaune, devrait être davantage pris en compte dans une perspective d’aménagement écosystémique des forêts feuillues du Québec.

Mots Clefs : Betula alleghaniensis, lit de germination, identité spécifique du bois mort, répartition de la biomasse, effet ontogénique, coupe de jardinage.


MÉMOIRE DE MAÎTRISE


PUBLICATION SCIENTIFIQUE


PRÉSENTATION ET AFFICHE


ARTICLE DE VULGARISATION


BOURSES

Récupéré sur http://www.cef-cfr.ca/index.php?n=Membres.JeanBastienLambert
Page mise à jour le 18/08/2016 à 22h20 Heure de l'Est (GMT-5)