Ibarzabal1994

Référence

Ibarzabal, J. (1994) Réservoir de graines des sols de sapinières boréales au nord du Lac Saint-Jean. Mémoire de maîtrise, Université du Québec à Chicoutimi. (URL )

Résumé

L'examen du réservoir de graines des sols de parcelles perturbées et de parcelles non perturbées provenant de quatre sapinières boréales d'âge et de structure différents a permis de décrire la distribution en profondeur de la flore de graines enfouies. Les échantillons ont d'abord été tamisés sous une douche d'eau et les graines en ont été extraites sous une loupe stéréoscopique (6X). La viabilité des graines a été évaluée par un test de germination dans une chambre à environnement contrôlé suivi d'un test au tétrazolium. La partie de sol non traitée de chaque échantillon a été mise en serre pour quantifier l'émergence de semis. Les graines du sol sont distribuées suivant un patron qui correspond à la stratégie de reproduction des espèces. Les plantes qui constituent des populations relativement stables (Picea sp., Abies balsamea, Oxalis montana) présentent une diminution du nombre de graines (viables et mortes) avec la profondeur. Peu de graines demeurent viables dans le sol. Bien que souvent considérée comme une espèce pionnière, Betula papyrifera demeure en petite quantité dans la canopée dominée par Abies balsamea et alimente constamment un réservoir de graines dans le sol. Il semble que les graines de cette espèce peuvent conserver leur viabilité pendant plusieurs années (possiblement plus de 10 ans) et le nombre de graines viables décroît avec la profondeur. Les espèces dites "pionnières" comme Rubus idaeus, Prunus pensylvanica, Sambucus pubens et Diervilla lonicera sont localisées à des profondeurs précises. La distribution de Rubus idaeus est relativement homogène dans le profil de sol et l'on suggère l'hypothèse qu'elle est le reflet de la récurrence des épidémies de la Tordeuse des bourgeons de l'épinette. La concentration des graines de Prunus pensylvanica, de Sambucus pubens et de Diervilla lonicera au contact du minéral indique que ces plantes ont déjà fait partie de la végétation de surface, malgré qu'elles y soient actuellement absentes. La présence de graines viables au contact de l'horizon minéral est expliquée par une résistance à la décomposition et l'accumulation de ces graines est expliquée par leur inertie à participer au processus pédogénique d'humification. Plusieurs indices laissent croire que le sol enregistre fidèlement les événements d'accumulation de la matière organique. Une correspondance entre les espèces dominantes du réservoir de graines du sol et des espèces dominantes de la végétation de surface peut être établie pour les deux premiers centimètres de sol. Les espèces ne présentant pas de correspondance produisent peu de graines où ont une distribution contagieuse. Le nombre de graines dans le sol est variable d'un site à l'autre et il n'est pas en relation avec l'âge du couvert ni avec le recouvrement des espèces. Le nombre de graines viables est plus faible dans les parcelles perturbées que dans les parcelles non perturbées, ce qui peut être attribué au succès de la germination de Betula papyrifera dans les parcelles perturbées (milieu ouvert). L'histoire récente des peuplements d?Abies balsamea, obtenue par la dendrochronologie, a été comparée à la distribution en profondeur des graines de Rubus idaeus, un marqueur résistant à la décomposition et sensible aux ouvertures du milieu (ex: épidémie d'insectes défoliateurs). L'omniprésence des graines de cette espèce dans le profil de sol est le témoin d'ouvertures récurrentes du couvert forestier. Rubus idaeus s'est révélé inefficace pour marquer avec précision le nombre ou l'âge des ouvertures du milieu à cause de la distribution contagieuse de ses graines et à la faible épaisseur de matière organique. L'âge du réservoir de graines de Prunus pensylvanica a été évalué à au moins 124 ans en utilisant les courbes de croissance et les structures d'âge des populations d'Abies balsamea.

Format EndNote

Vous pouvez importer cette référence dans EndNote.

Format BibTeX-CSV

Vous pouvez importer cette référence en format BibTeX-CSV.

Format BibTeX

Vous pouvez copier l'entrée BibTeX de cette référence ci-bas, ou l'importer directement dans un logiciel tel que JabRef .

@MASTERSTHESIS { Ibarzabal1994,
    AUTHOR = { Ibarzabal, J. },
    TITLE = { Réservoir de graines des sols de sapinières boréales au nord du Lac Saint-Jean },
    SCHOOL = { Université du Québec à Chicoutimi },
    YEAR = { 1994 },
    NOTE = { CEFTMS, Morin, H. },
    ABSTRACT = { L'examen du réservoir de graines des sols de parcelles perturbées et de parcelles non perturbées provenant de quatre sapinières boréales d'âge et de structure différents a permis de décrire la distribution en profondeur de la flore de graines enfouies. Les échantillons ont d'abord été tamisés sous une douche d'eau et les graines en ont été extraites sous une loupe stéréoscopique (6X). La viabilité des graines a été évaluée par un test de germination dans une chambre à environnement contrôlé suivi d'un test au tétrazolium. La partie de sol non traitée de chaque échantillon a été mise en serre pour quantifier l'émergence de semis. Les graines du sol sont distribuées suivant un patron qui correspond à la stratégie de reproduction des espèces. Les plantes qui constituent des populations relativement stables (Picea sp., Abies balsamea, Oxalis montana) présentent une diminution du nombre de graines (viables et mortes) avec la profondeur. Peu de graines demeurent viables dans le sol. Bien que souvent considérée comme une espèce pionnière, Betula papyrifera demeure en petite quantité dans la canopée dominée par Abies balsamea et alimente constamment un réservoir de graines dans le sol. Il semble que les graines de cette espèce peuvent conserver leur viabilité pendant plusieurs années (possiblement plus de 10 ans) et le nombre de graines viables décroît avec la profondeur. Les espèces dites "pionnières" comme Rubus idaeus, Prunus pensylvanica, Sambucus pubens et Diervilla lonicera sont localisées à des profondeurs précises. La distribution de Rubus idaeus est relativement homogène dans le profil de sol et l'on suggère l'hypothèse qu'elle est le reflet de la récurrence des épidémies de la Tordeuse des bourgeons de l'épinette. La concentration des graines de Prunus pensylvanica, de Sambucus pubens et de Diervilla lonicera au contact du minéral indique que ces plantes ont déjà fait partie de la végétation de surface, malgré qu'elles y soient actuellement absentes. La présence de graines viables au contact de l'horizon minéral est expliquée par une résistance à la décomposition et l'accumulation de ces graines est expliquée par leur inertie à participer au processus pédogénique d'humification. Plusieurs indices laissent croire que le sol enregistre fidèlement les événements d'accumulation de la matière organique. Une correspondance entre les espèces dominantes du réservoir de graines du sol et des espèces dominantes de la végétation de surface peut être établie pour les deux premiers centimètres de sol. Les espèces ne présentant pas de correspondance produisent peu de graines où ont une distribution contagieuse. Le nombre de graines dans le sol est variable d'un site à l'autre et il n'est pas en relation avec l'âge du couvert ni avec le recouvrement des espèces. Le nombre de graines viables est plus faible dans les parcelles perturbées que dans les parcelles non perturbées, ce qui peut être attribué au succès de la germination de Betula papyrifera dans les parcelles perturbées (milieu ouvert). L'histoire récente des peuplements d?Abies balsamea, obtenue par la dendrochronologie, a été comparée à la distribution en profondeur des graines de Rubus idaeus, un marqueur résistant à la décomposition et sensible aux ouvertures du milieu (ex: épidémie d'insectes défoliateurs). L'omniprésence des graines de cette espèce dans le profil de sol est le témoin d'ouvertures récurrentes du couvert forestier. Rubus idaeus s'est révélé inefficace pour marquer avec précision le nombre ou l'âge des ouvertures du milieu à cause de la distribution contagieuse de ses graines et à la faible épaisseur de matière organique. L'âge du réservoir de graines de Prunus pensylvanica a été évalué à au moins 124 ans en utilisant les courbes de croissance et les structures d'âge des populations d'Abies balsamea. },
    OWNER = { amriv2 },
    TIMESTAMP = { 2012.04.03 },
    URL = { http://constellation.uqac.ca/1307/ },
}

********************************************************** *************************** FRQNT ************************ **********************************************************

Un regroupement stratégique du

********************************************************** ***************** Facebook Twitter *********************** **********************************************************

Abonnez-vous à
l'Infolettre du CEF!

********************************************************** ***************** Pub - ABC CBA 2020 ****************** **********************************************************

31 mai au 4 juin 2020

********************************************************** ***************** Pub - Symphonies_Boreales ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Boîte à trucs *************** **********************************************************

CEF-Référence
La référence vedette !

Jérémie Alluard (2016) Les statistiques au moments de la rédaction 

  • Ce document a pour but de guider les étudiants à intégrer de manière appropriée une analyse statistique dans leur rapport de recherche.

Voir les autres...