Ndione2014

Référence

Ndione, P-D (2014) Impacts de la foresterie industrielle sur les activités traditionnelles autochtones en forêt tempérée mixte. Thèse de doctorat, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Résumé

Les forêts tempérées mixtes constituent un écosystème complexe d'un point de vue écologique et sociétal. Elles occupent une place importante dans la vie des communautés autochtones de l'est de l'Amérique de Nord. Cependant, elles font l'objet d'opérations forestières qui conduisent à des changements importants dans la composition et la structure des peuplements. Ces changements affectent les biens et services que la forêt procure aux communautés autochtones qui en dépendent pour la satisfaction de leurs besoins. C'est le cas de la communauté des Algonquins de Kitcisakik, dont le territoire est situé dans la sapinière à bouleau jaune de l'ouest (SAB-BOJ-O), en Abitibi-Témiscamingue (Québec, Canada). Afin d'étudier l'impact de l'altération des forêts mixtes sur la communauté, nous avons procédé en trois étapes. Dans le premier chapitre, nous avons comparé les portraits de la forêt du territoire de Kitcisakik pendant les périodes préindustrielle (<1980) et actuelle (≥1980). La comparaison de leurs attributs a révélé que le régime de perturbations qui était naguère dominé par les perturbations naturelles secondaires, l'est maintenant par les coupes totales. Cette partie de l'étude a permis de mettre en évidence les changements intervenus dans le paysage, actuellement caractérisé par un rajeunissement et un enfeuillement. Dans le premier chapitre, nous avons comparé les portraits de la forêt du territoire de Kitcisakik pendant les périodes préindustrielle (<1980) et actuelle (≥1980). La comparaison de leurs attributs a révélé que le régime de perturbations qui était naguère dominé par les perturbations naturelles secondaires, l'est maintenant par les coupes totales. Cette partie de l'étude a permis de mettre en évidence les changements intervenus dans le paysage, actuellement caractérisé par un rajeunissement et un enfeuillement. Ainsi, certains BSE ont pu connaître des augmentations par endroits et des diminutions ailleurs. C'est le cas du castor, du sirop d'érable, des vieilles forêts, des forêts en santé, du pin blanc et de l'écorce de bouleau blanc. Aussi bien en 1970 qu'en 2000, les terrains de trappe familiaux de la communauté se répartissaient en sept groupes, qui ont légèrement changé entre les deux périodes, reflétant la tendance à l'enfeuillement et au rajeunissement. Même si les terrains de trappe associés au groupe culturel ont augmenté, le potentiel des activités culturelles a diminué lorsque les fonctions culturelles d'autres BSE sont prises en compte, comme la faune, l'épinette et le sapin. Les interactions entre les BSE ont révélé, d'une part, une augmentation des synergies, notamment entre les BSE ayant des attributs de vieilles forêts et, d'autre part, des compromis entre la faune et les autres BSE. Cela indique que les BSE liés aux forêts mûres et surannées ont tendance à devenir moins abondants et localisés dans certains terrains de trappe, tandis que les BSE liés aux jeunes forêts sont mieux répartis sur le territoire. Ainsi, certains BSE ont pu connaître des augmentations par endroits et des diminutions ailleurs. C'est le cas du castor, du sirop d'érable, des vieilles forêts, des forêts en santé, du pin blanc et de l'écorce de bouleau blanc. Aussi bien en 1970 qu'en 2000, les terrains de trappe familiaux de la communauté se répartissaient en sept groupes, qui ont légèrement changé entre les deux périodes, reflétant la tendance à l'enfeuillement et au rajeunissement. Même si les terrains de trappe associés au groupe culturel ont augmenté, le potentiel des activités culturelles a diminué lorsque les fonctions culturelles d'autres BSE sont prises en compte, comme la faune, l'épinette et le sapin. Les interactions entre les BSE ont révélé, d'une part, une augmentation des synergies, notamment entre les BSE ayant des attributs de vieilles forêts et, d'autre part, des compromis entre la faune et les autres BSE. Cela indique que les BSE liés aux forêts mûres et surannées ont tendance à devenir moins abondants et localisés dans certains terrains de trappe, tandis que les BSE liés aux jeunes forêts sont mieux répartis sur le territoire. Deux principaux enjeux ont été identifiés dans cette thèse. Le premier, relatif à l'altération de la forêt, a été documenté quantitativement dans les chapitres II et III et qualitativement dans le chapitre IV. Cet enjeu nécessitera de faire appel à des scénarios d'aménagement visant la restauration de la forêt et des habitats, notamment pour améliorer le potentiel culturel et les retombées socioécologiques. Le second enjeu, documenté au chapitre IV, est lié au manque de collaboration entre la communauté et les autres parties prenantes du secteur forestier. Cet enjeu nécessitera une approche de gouvernance qui favorisera une implication effective de la communauté et une augmentation des retombées socioéconomiques, ainsi que des ententes d'aménagement et la réduction des conflits.

Format EndNote

Vous pouvez importer cette référence dans EndNote.

Format BibTeX-CSV

Vous pouvez importer cette référence en format BibTeX-CSV.

Format BibTeX

Vous pouvez copier l'entrée BibTeX de cette référence ci-bas, ou l'importer directement dans un logiciel tel que JabRef .

@PHDTHESIS { Ndione2014,
    AUTHOR = { Ndione, P-D },
    TITLE = { Impacts de la foresterie industrielle sur les activités traditionnelles autochtones en forêt tempérée mixte. },
    SCHOOL = { Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue },
    YEAR = { 2014 },
    NOTE = { CEFTMS, Asselin, H. and Bergeron, Y. },
    ABSTRACT = { Les forêts tempérées mixtes constituent un écosystème complexe d'un point de vue écologique et sociétal. Elles occupent une place importante dans la vie des communautés autochtones de l'est de l'Amérique de Nord. Cependant, elles font l'objet d'opérations forestières qui conduisent à des changements importants dans la composition et la structure des peuplements. Ces changements affectent les biens et services que la forêt procure aux communautés autochtones qui en dépendent pour la satisfaction de leurs besoins. C'est le cas de la communauté des Algonquins de Kitcisakik, dont le territoire est situé dans la sapinière à bouleau jaune de l'ouest (SAB-BOJ-O), en Abitibi-Témiscamingue (Québec, Canada). Afin d'étudier l'impact de l'altération des forêts mixtes sur la communauté, nous avons procédé en trois étapes. Dans le premier chapitre, nous avons comparé les portraits de la forêt du territoire de Kitcisakik pendant les périodes préindustrielle (<1980) et actuelle (≥1980). La comparaison de leurs attributs a révélé que le régime de perturbations qui était naguère dominé par les perturbations naturelles secondaires, l'est maintenant par les coupes totales. Cette partie de l'étude a permis de mettre en évidence les changements intervenus dans le paysage, actuellement caractérisé par un rajeunissement et un enfeuillement. Dans le premier chapitre, nous avons comparé les portraits de la forêt du territoire de Kitcisakik pendant les périodes préindustrielle (<1980) et actuelle (≥1980). La comparaison de leurs attributs a révélé que le régime de perturbations qui était naguère dominé par les perturbations naturelles secondaires, l'est maintenant par les coupes totales. Cette partie de l'étude a permis de mettre en évidence les changements intervenus dans le paysage, actuellement caractérisé par un rajeunissement et un enfeuillement. Ainsi, certains BSE ont pu connaître des augmentations par endroits et des diminutions ailleurs. C'est le cas du castor, du sirop d'érable, des vieilles forêts, des forêts en santé, du pin blanc et de l'écorce de bouleau blanc. Aussi bien en 1970 qu'en 2000, les terrains de trappe familiaux de la communauté se répartissaient en sept groupes, qui ont légèrement changé entre les deux périodes, reflétant la tendance à l'enfeuillement et au rajeunissement. Même si les terrains de trappe associés au groupe culturel ont augmenté, le potentiel des activités culturelles a diminué lorsque les fonctions culturelles d'autres BSE sont prises en compte, comme la faune, l'épinette et le sapin. Les interactions entre les BSE ont révélé, d'une part, une augmentation des synergies, notamment entre les BSE ayant des attributs de vieilles forêts et, d'autre part, des compromis entre la faune et les autres BSE. Cela indique que les BSE liés aux forêts mûres et surannées ont tendance à devenir moins abondants et localisés dans certains terrains de trappe, tandis que les BSE liés aux jeunes forêts sont mieux répartis sur le territoire. Ainsi, certains BSE ont pu connaître des augmentations par endroits et des diminutions ailleurs. C'est le cas du castor, du sirop d'érable, des vieilles forêts, des forêts en santé, du pin blanc et de l'écorce de bouleau blanc. Aussi bien en 1970 qu'en 2000, les terrains de trappe familiaux de la communauté se répartissaient en sept groupes, qui ont légèrement changé entre les deux périodes, reflétant la tendance à l'enfeuillement et au rajeunissement. Même si les terrains de trappe associés au groupe culturel ont augmenté, le potentiel des activités culturelles a diminué lorsque les fonctions culturelles d'autres BSE sont prises en compte, comme la faune, l'épinette et le sapin. Les interactions entre les BSE ont révélé, d'une part, une augmentation des synergies, notamment entre les BSE ayant des attributs de vieilles forêts et, d'autre part, des compromis entre la faune et les autres BSE. Cela indique que les BSE liés aux forêts mûres et surannées ont tendance à devenir moins abondants et localisés dans certains terrains de trappe, tandis que les BSE liés aux jeunes forêts sont mieux répartis sur le territoire. Deux principaux enjeux ont été identifiés dans cette thèse. Le premier, relatif à l'altération de la forêt, a été documenté quantitativement dans les chapitres II et III et qualitativement dans le chapitre IV. Cet enjeu nécessitera de faire appel à des scénarios d'aménagement visant la restauration de la forêt et des habitats, notamment pour améliorer le potentiel culturel et les retombées socioécologiques. Le second enjeu, documenté au chapitre IV, est lié au manque de collaboration entre la communauté et les autres parties prenantes du secteur forestier. Cet enjeu nécessitera une approche de gouvernance qui favorisera une implication effective de la communauté et une augmentation des retombées socioéconomiques, ainsi que des ententes d'aménagement et la réduction des conflits. },
    OWNER = { Daniel Lesieur },
    TIMESTAMP = { 2014.12.18 },
}

********************************************************** ***************** Facebook Twitter *********************** **********************************************************

Abonnez-vous à
l'Infolettre du CEF!

********************************************************** ************* Écoles d'été et formation **************************** **********************************************************

Écoles d'été et formations

Ecole d'été en Biologie et Ecologie intégratives 
6-12 juillet 2019, Pyrénées françaises
École d'été en modélisation de la biodiversité 
19-23 août 2019, Orford
Cours aux cycles supérieurs: Aménagement des écosystèmes forestiers 
19-30 août 2019, Station FERLD

********************************************************** ***************** Pub - Symphonies_Boreales ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Boîte à trucs *************** **********************************************************

CEF-Référence
La référence vedette !

Jérémie Alluard (2016) Les statistiques au moments de la rédaction 

  • Ce document a pour but de guider les étudiants à intégrer de manière appropriée une analyse statistique dans leur rapport de recherche.

Voir les autres...