RapanoelaRaulierGauthierEtAl2015

Référence

Rapanoela, R., Raulier, F., Gauthier, S., Ouzennou, H., Saucier, J.-P., Bergeron, Y. (2015) Contrasting current and potential productivity and the influence of fire and species composition in the boreal forest: a case study in eastern Canada. Canadian Journal of Forest Research, 45(5):541-552. (URL )

Résumé

La capacité d’une forêt à produire du bois est en relation avec les interactions existant entre sa capacité de régénération, les caractéristiques physiques du site (climat, dépôt de surface, drainage) et les perturbations. De façon minimale, pour que son aménagement soit durable, une forêt doit être suffisamment productive et capable de se régénérer après une perturbation de façon telle à ce que sa capacité de production soit maintenue ou améliorée. À cet égard, nous avons évalué la productivité en bois d’une vaste région (175?000 km2) qui recouvre l’étendue latitudinale de la pessière noire fermée (Picea mariana (Mill.) B.S.P). L’indice de qualité de station et l’indice de densité relative ont été utilisés pour identifier les peuplements qui ne peuvent atteindre un volume minimal de bois et des dimensions minimales d’arbres en une révolution. Une méthode non paramétrique a été utilisée pour estimer leur valeurs pour tous les peuplements de l’aire d’étude. Cette imputation a été faite en utilisant soit uniquement les attributs physiques du site pour estimer une productivité potentielle indépendante de l’historique du peuplement, soit une combinaison d’attributs physiques et de végétation pour estimer une productivité actuelle. La proportion de peuplements productifs a ensuite été estimée à l’échelle de paysages de taille variant entre 39 et 2491 km2. Les facteurs physiques du site expliquent à eux seuls 84 % de la variabilité dans le pourcentage potentiel de peuplements productifs (78 % pour le pourcentage actuel de peuplement productifs) et leur combinaison cause une transition abrupte de la productivité dans l’aire d’étude. Toutefois, le taux de brûlage, lorsque considéré seul, explique 63 % de la variabilité de la proportion de peuplements actuellement productifs et 41 % de la différence relative entre les pourcentages actuels et potentiels de peuplements productifs. Ces résultats ont des implications pour la planification stratégique de l’aménagement au moment de la stratification du territoire, puisque il est supposé que la superficie productive reste constante dans le temps alors qu’elle semble être en lien avec le taux de perturbation.

Format EndNote

Vous pouvez importer cette référence dans EndNote.

Format BibTeX-CSV

Vous pouvez importer cette référence en format BibTeX-CSV.

Format BibTeX

Vous pouvez copier l'entrée BibTeX de cette référence ci-bas, ou l'importer directement dans un logiciel tel que JabRef .

@ARTICLE { RapanoelaRaulierGauthierEtAl2015,
    AUTHOR = { Rapanoela, R. and Raulier, F. and Gauthier, S. and Ouzennou, H. and Saucier, J.-P. and Bergeron, Y. },
    TITLE = { Contrasting current and potential productivity and the influence of fire and species composition in the boreal forest: a case study in eastern Canada },
    JOURNAL = { Canadian Journal of Forest Research },
    YEAR = { 2015 },
    VOLUME = { 45 },
    PAGES = { 541-552 },
    NUMBER = { 5 },
    ABSTRACT = { La capacité d’une forêt à produire du bois est en relation avec les interactions existant entre sa capacité de régénération, les caractéristiques physiques du site (climat, dépôt de surface, drainage) et les perturbations. De façon minimale, pour que son aménagement soit durable, une forêt doit être suffisamment productive et capable de se régénérer après une perturbation de façon telle à ce que sa capacité de production soit maintenue ou améliorée. À cet égard, nous avons évalué la productivité en bois d’une vaste région (175?000 km2) qui recouvre l’étendue latitudinale de la pessière noire fermée (Picea mariana (Mill.) B.S.P). L’indice de qualité de station et l’indice de densité relative ont été utilisés pour identifier les peuplements qui ne peuvent atteindre un volume minimal de bois et des dimensions minimales d’arbres en une révolution. Une méthode non paramétrique a été utilisée pour estimer leur valeurs pour tous les peuplements de l’aire d’étude. Cette imputation a été faite en utilisant soit uniquement les attributs physiques du site pour estimer une productivité potentielle indépendante de l’historique du peuplement, soit une combinaison d’attributs physiques et de végétation pour estimer une productivité actuelle. La proportion de peuplements productifs a ensuite été estimée à l’échelle de paysages de taille variant entre 39 et 2491 km2. Les facteurs physiques du site expliquent à eux seuls 84 % de la variabilité dans le pourcentage potentiel de peuplements productifs (78 % pour le pourcentage actuel de peuplement productifs) et leur combinaison cause une transition abrupte de la productivité dans l’aire d’étude. Toutefois, le taux de brûlage, lorsque considéré seul, explique 63 % de la variabilité de la proportion de peuplements actuellement productifs et 41 % de la différence relative entre les pourcentages actuels et potentiels de peuplements productifs. Ces résultats ont des implications pour la planification stratégique de l’aménagement au moment de la stratification du territoire, puisque il est supposé que la superficie productive reste constante dans le temps alors qu’elle semble être en lien avec le taux de perturbation. },
    DOI = { 10.1139/cjfr-2014-0124 },
    EPRINT = { http://dx.doi.org/10.1139/cjfr-2014-0124 },
    OWNER = { nafon9 },
    TIMESTAMP = { 2015.04.27 },
    URL = { http://dx.doi.org/10.1139/cjfr-2014-0124 },
}

********************************************************** ***************** Facebook Twitter *********************** **********************************************************

Abonnez-vous à
l'Infolettre du CEF!

********************************************************** ***************** Pub - Mycorhizes_2019 ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Pub - Symphonies_Boreales ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Boîte à trucs *************** **********************************************************

CEF-Référence
La référence vedette !

Jérémie Alluard (2016) Les statistiques au moments de la rédaction 

  • Ce document a pour but de guider les étudiants à intégrer de manière appropriée une analyse statistique dans leur rapport de recherche.

Voir les autres...