AubinMunsonCardouEtAl2016

Référence

Aubin, I., Munson, A.D., Cardou, F., Burton, P.J., Isabel, N., Pedlar, J.H., Paquette, A., Taylor, A.R., Delagrange, S., Kebli, H., Messier, C., Shipley, B., Valladares, F., Kattge, J., Boisvert-Marsh, L. and McKenney, D. (2016) Traits to stay, traits to move: a review of functional traits to assess sensitivity and adaptive capacity of temperate and boreal trees to climate change. Environmental Reviews, 24(2):164-186. (URL )

Résumé

L’utilisation des traits fonctionnels dans l’évaluation de la vulnérabilité est une approche prometteuse pour intégrer de manière quantifiable les différences de sensibilité des espèces et leur capacité d’adaptation aux changements climatiques, améliorant ainsi les modèles de répartition des arbres. Afin d’identifier dans un contexte d’aménagement les traits clés qui sont affectés par les changements climatiques, nous examinons l’état des connaissances sur les principaux mécanismes – ainsi que leurs traits associés — qui régissent la capacité des arbres des forêts boréales et tempérées à persister ou à migrer. Nous avons tenté de déterminer si les connaissances actuelles sont suffisamment matures et disponibles pour être utilisées efficacement dans le contexte des évaluations de vulnérabilité. En synthétisant les avancées conceptuelles les plus récentes et en évaluant la disponibilité des données, nous avons comme objectif principal de guider les modélisateurs et autres intervenants dans la sélection de traits fonctionnels pouvant servir à caractériser les différences dans la capacité des espèces à persister et à migrer face à un climat en changement. Par exemple, malgré que l’on comprenne assez bien les mécanismes physiologiques qui déterminent la sensibilité aux changements climatiques (ex., cavitation induite par la sécheresse), un grand nombre de traits associés à ces mécanismes n’ont pas été systématiquement documentés pour les arbres d’Amérique du Nord. Nous constatons également des différences dans les méthodologies utilisées pour mesurer ces traits (ex., capacité de rétablissement des xylèmes), ce qui nuit à l’intégration des traits dans l’évaluation de la vulnérabilité. Pour leur part, les traits traditionnellement associés à la capacité de migrer et de résister au feu sont généralement bien documentés; cependant, de nouveaux traits clés émergeant dans le contexte des changements climatiques demeurent peu documentés (ex., l’âge de la production optimale de graines). De façon générale, le manque de connaissance entourant la variabilité intraspécifique des traits, ainsi que sur la covariation et l’interaction entre traits, est limitant dans nos évaluations de la capacité adaptative des arbres. Nous concluons en soulignant des besoins précis en matière de recherche et en identifiant certaines avenues possibles pour le développement des connaissances liées aux traits applicables dans des projets de modélisation à grande échelle. Nous soulignons finalement l’importance de certains aspects de la gestion de données de traits qui devraient faire partie de to

Format EndNote

Vous pouvez importer cette référence dans EndNote.

Format BibTeX-CSV

Vous pouvez importer cette référence en format BibTeX-CSV.

Format BibTeX

Vous pouvez copier l'entrée BibTeX de cette référence ci-bas, ou l'importer directement dans un logiciel tel que JabRef .

@ARTICLE { AubinMunsonCardouEtAl2016,
    TITLE = { Traits to stay, traits to move: a review of functional traits to assess sensitivity and adaptive capacity of temperate and boreal trees to climate change },
    AUTHOR = { Aubin, I. and Munson, A.D. and Cardou, F. and Burton, P.J. and Isabel, N. and Pedlar, J.H. and Paquette, A. and Taylor, A.R. and Delagrange, S. and Kebli, H. and Messier, C. and Shipley, B. and Valladares, F. and Kattge, J. and Boisvert-Marsh, L. and McKenney, D. },
    JOURNAL = { Environmental Reviews },
    YEAR = { 2016 },
    NUMBER = { 2 },
    PAGES = { 164-186 },
    VOLUME = { 24 },
    ABSTRACT = { L’utilisation des traits fonctionnels dans l’évaluation de la vulnérabilité est une approche prometteuse pour intégrer de manière quantifiable les différences de sensibilité des espèces et leur capacité d’adaptation aux changements climatiques, améliorant ainsi les modèles de répartition des arbres. Afin d’identifier dans un contexte d’aménagement les traits clés qui sont affectés par les changements climatiques, nous examinons l’état des connaissances sur les principaux mécanismes – ainsi que leurs traits associés — qui régissent la capacité des arbres des forêts boréales et tempérées à persister ou à migrer. Nous avons tenté de déterminer si les connaissances actuelles sont suffisamment matures et disponibles pour être utilisées efficacement dans le contexte des évaluations de vulnérabilité. En synthétisant les avancées conceptuelles les plus récentes et en évaluant la disponibilité des données, nous avons comme objectif principal de guider les modélisateurs et autres intervenants dans la sélection de traits fonctionnels pouvant servir à caractériser les différences dans la capacité des espèces à persister et à migrer face à un climat en changement. Par exemple, malgré que l’on comprenne assez bien les mécanismes physiologiques qui déterminent la sensibilité aux changements climatiques (ex., cavitation induite par la sécheresse), un grand nombre de traits associés à ces mécanismes n’ont pas été systématiquement documentés pour les arbres d’Amérique du Nord. Nous constatons également des différences dans les méthodologies utilisées pour mesurer ces traits (ex., capacité de rétablissement des xylèmes), ce qui nuit à l’intégration des traits dans l’évaluation de la vulnérabilité. Pour leur part, les traits traditionnellement associés à la capacité de migrer et de résister au feu sont généralement bien documentés; cependant, de nouveaux traits clés émergeant dans le contexte des changements climatiques demeurent peu documentés (ex., l’âge de la production optimale de graines). De façon générale, le manque de connaissance entourant la variabilité intraspécifique des traits, ainsi que sur la covariation et l’interaction entre traits, est limitant dans nos évaluations de la capacité adaptative des arbres. Nous concluons en soulignant des besoins précis en matière de recherche et en identifiant certaines avenues possibles pour le développement des connaissances liées aux traits applicables dans des projets de modélisation à grande échelle. Nous soulignons finalement l’importance de certains aspects de la gestion de données de traits qui devraient faire partie de to },
    DOI = { 10.1139/er-2015-0072 },
    EPRINT = { http://dx.doi.org/10.1139/er-2015-0072 },
    OWNER = { DanielLesieur },
    TIMESTAMP = { 2016.05.30 },
    URL = { http://dx.doi.org/10.1139/er-2015-0072 },
}

********************************************************** ***************** Facebook Twitter *********************** **********************************************************

Abonnez-vous à
l'Infolettre du CEF!

********************************************************** ************* Écoles d'été et formation **************************** **********************************************************

Écoles d'été et formations

Ecole d'été en Biologie et Ecologie intégratives 
6-12 juillet 2019, Pyrénées françaises
École d'été en modélisation de la biodiversité 
19-23 août 2019, Orford
Cours aux cycles supérieurs: Aménagement des écosystèmes forestiers 
19-30 août 2019, Station FERLD

********************************************************** ***************** Pub - Symphonies_Boreales ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Boîte à trucs *************** **********************************************************

CEF-Référence
La référence vedette !

Jérémie Alluard (2016) Les statistiques au moments de la rédaction 

  • Ce document a pour but de guider les étudiants à intégrer de manière appropriée une analyse statistique dans leur rapport de recherche.

Voir les autres...