Rousseau2008a

Reference

Rousseau, P. (2008) Fidélité au site et à l’habitat chez le bruant à gorge blanche. Master's thesis, Université Laval.

Abstract

La niche écologique est souvent considérée comme étant une caractéristique propre à l’espèce ou à la population. Cependant, les individus d’une même espèce ne partagent généralement pas la même niche. Plusieurs études, portant principalement sur la diète alimentaire, ont déjà montré que certaines espèces dites généralistes sont en fait composées d’individus spécialistes n’utilisant qu’une portion de la niche globale de leur population. J’ai effectué une expérience visant à mesurer la spécialisation individuelle de la sélection des habitats chez le Bruant à gorge blanche (Zonotrichia albicollis; BRGB ou « bruants »), à la Forêt Montmorency, Québec. Des relevés par points d’écoute nous ont permis de confirmer que le BRGB fréquentait une vaste gamme d’habitats forestiers allant des parterres de coupe récents (< 1 an) aux peuplements matures feuillus et résineux riches et pauvres en lisières. Selon l’hypothèse de la spécialisation individuelle, les individus de cette espèce devraient être fidèles à un type précis de peuplement forestier. Des individus spécialistes devraient ainsi relocaliser leur territoire en cas de perturbation majeure, même si l’habitat suivant la perturbation demeure adéquat pour l’espèce. Nous avons comparé la fidélité interannuelle de bruants aux peuplements matures non soumis à des coupes forestières (sites témoins) à la fidélité aux peuplements matures soumis à des coupes totales effectuées durant l’hiver entre deux saisons de nidification (sites expérimentaux). Les sites expérimentaux étaient fréquentés par l’espèce dès les mois qui suivaient les coupes. Parmi les oiseaux retournés au site d’étude deux étés consécutifs, la fidélité au territoire des 14 mâles des sites expérimentaux était moins élevée que celle des 21 mâles des sites témoins (P = 0.01). La distance médiane de dispersion entre deux saisons de reproduction consécutives était deux fois plus élevée chez les mâles expérimentaux que chez les mâles témoins (P < 0.001). Aussi, plus leurs territoires originaux étaient coupés, plus les mâles des sites expérimentaux avaient tendance à s’éloigner de ceux-ci (P = 0.04). Bien que les nouveaux territoires des mâles expérimentaux étaient davantage coupés que leurs territoires originaux avant traitement (P = 0.02), leurs nouveaux territoires étaient tout de même moins coupés que l’emplacement de leurs territoires originaux après traitement (P = 0.04). Le gain en superficie non coupée dans les nouveaux territoires était correlé positivement avec la distance de dispersion des bruants expérimentaux (P = 0.03). Nous concluons que les BRGB n’utilisent individuellement qu’une partie de la niche écologique diversifiée de leur espèce. Il serait donc injustifié d’assumer que les individus d’une espèce ubiquiste sont versatiles et peu perturbés par les pratiques forestières en forêt boréale québécoise.

EndNote Format

You can import this reference in EndNote.

BibTeX-CSV Format

You can import this reference in BibTeX-CSV format.

BibTeX Format

You can copy the BibTeX entry of this reference below, orimport it directly in a software like JabRef .

@MASTERSTHESIS { Rousseau2008a,
    AUTHOR = { Rousseau, P. },
    TITLE = { Fidélité au site et à l’habitat chez le bruant à gorge blanche },
    SCHOOL = { Université Laval },
    YEAR = { 2008 },
    NOTE = { CEFTMS, Desrochers, A. },
    ABSTRACT = { La niche écologique est souvent considérée comme étant une caractéristique propre à l’espèce ou à la population. Cependant, les individus d’une même espèce ne partagent généralement pas la même niche. Plusieurs études, portant principalement sur la diète alimentaire, ont déjà montré que certaines espèces dites généralistes sont en fait composées d’individus spécialistes n’utilisant qu’une portion de la niche globale de leur population. J’ai effectué une expérience visant à mesurer la spécialisation individuelle de la sélection des habitats chez le Bruant à gorge blanche (Zonotrichia albicollis; BRGB ou « bruants »), à la Forêt Montmorency, Québec. Des relevés par points d’écoute nous ont permis de confirmer que le BRGB fréquentait une vaste gamme d’habitats forestiers allant des parterres de coupe récents (< 1 an) aux peuplements matures feuillus et résineux riches et pauvres en lisières. Selon l’hypothèse de la spécialisation individuelle, les individus de cette espèce devraient être fidèles à un type précis de peuplement forestier. Des individus spécialistes devraient ainsi relocaliser leur territoire en cas de perturbation majeure, même si l’habitat suivant la perturbation demeure adéquat pour l’espèce. Nous avons comparé la fidélité interannuelle de bruants aux peuplements matures non soumis à des coupes forestières (sites témoins) à la fidélité aux peuplements matures soumis à des coupes totales effectuées durant l’hiver entre deux saisons de nidification (sites expérimentaux). Les sites expérimentaux étaient fréquentés par l’espèce dès les mois qui suivaient les coupes. Parmi les oiseaux retournés au site d’étude deux étés consécutifs, la fidélité au territoire des 14 mâles des sites expérimentaux était moins élevée que celle des 21 mâles des sites témoins (P = 0.01). La distance médiane de dispersion entre deux saisons de reproduction consécutives était deux fois plus élevée chez les mâles expérimentaux que chez les mâles témoins (P < 0.001). Aussi, plus leurs territoires originaux étaient coupés, plus les mâles des sites expérimentaux avaient tendance à s’éloigner de ceux-ci (P = 0.04). Bien que les nouveaux territoires des mâles expérimentaux étaient davantage coupés que leurs territoires originaux avant traitement (P = 0.02), leurs nouveaux territoires étaient tout de même moins coupés que l’emplacement de leurs territoires originaux après traitement (P = 0.04). Le gain en superficie non coupée dans les nouveaux territoires était correlé positivement avec la distance de dispersion des bruants expérimentaux (P = 0.03). Nous concluons que les BRGB n’utilisent individuellement qu’une partie de la niche écologique diversifiée de leur espèce. Il serait donc injustifié d’assumer que les individus d’une espèce ubiquiste sont versatiles et peu perturbés par les pratiques forestières en forêt boréale québécoise. },
    OWNER = { brugerolles },
    TIMESTAMP = { 2008.09.12 },
}

********************************************************** ***************** Facebook Twitter *********************** **********************************************************

Abonnez-vous à
l'Infolettre du CEF!

********************************************************** ***************** Pub - Mycorhizes_2019 ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Pub - Symphonies_Boreales ****************** **********************************************************

********************************************************** ***************** Boîte à trucs *************** **********************************************************

CEF-Référence
La référence vedette !

Jérémie Alluard (2016) Les statistiques au moments de la rédaction 

  • Ce document a pour but de guider les étudiants à intégrer de manière appropriée une analyse statistique dans leur rapport de recherche.

Voir les autres...